Quatrains – 7

J’ai entendu gémir nos descendants. J’ai vu les longs yeux
vagues s’affaisser sur le visage qui leur reste. Ils m’aiment
je crois. Ils me cherchent de leurs baisers sans lèvres. Ils râlent
le seul mot qui ne les a pas abandonnés. C’est moi qui le leur ai donné.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s