50 Boulevard Voltaire

Pardonnez-nous si nous dormons encore.

Ce n’est pas notre faute. Nous ne savons pas pourquoi
nous nous sommes endormis. Un soir il a fallu
nous étendre. Cesser de remuer. Retenir
notre souffle. Être le moins possible.

C’était trop difficile pour nous.

On nous a perforé le soleil. Le souffle
s’est enfui loin de nos sourires.
Il est parti danser sans nous.

Ce n’est pas notre faute.

Nous aimerions le rappeler à nous.
Hélas la voix nous manque.

Pardonnez-nous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s