Quatrains – 21

Ne cherche pas à la voir. Elle s’est cachée trop près
de tout. Son corps est un miroir sans tain. Et vous
t’y regarderiez caresser tes propres caresses. Chairs
cramoisies d’attente aveugle. D’abandon. De honte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s