Quatrains – 22

Tu te promènes sur le rivage de l’hiver. Sans savoir
ce qui t’attend au bout du chemin. Mais tu n’es pas
seul dans ta nuit. Une lueur t’accompagne. Elle joue
sur l’eau qui dort à tes côtés. C’est la lune qui patine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s