Textos – 5

Me semble que ça fait longtemps que t’as pas donné de nouvelles.

Je reviens. Il y avait autrefois par ici
un corps que j’étais à peine. Un corps
qui hoquetait ses contacts loin en amont
de vigilances noyées sous des lueurs d’étoiles

Je veux dire… t’aurais pu me dire où t’étais… ce que tu faisais.

trop pures. Mais aujourd’hui je reviens seul. Sans autre
preuve de moi-même que ma présence. Et ma chair
à venir. Elle se réchauffe encore au tout début.

Enfin… quand même contente de te savoir en vie.
🙂

En vie…?
Je pense que le mot est pas assez fort.
😉