The Visitors

Nous y sommes tous allés une fois.

C’est une ancienne maison de campagne.

L’élégance y murmure l’autrefois. Et la patine
y chante le sans lendemain des fêtes et de l’amour.

Nous nous y retrouverons un beau jour. L’amitié
sourira à nos lèvres comme un baiser gratuit.

 Once again I fall into my feminine ways.

Demain

J’allumerai un peu de soir neuf
sur la traînée de notre étoile filée au noir à l’horizon.

Je ferai l’amour aux courants
d’air qui caresseront le souvenir de nos contacts.

Je m’abrillerai de distances
chaudes comme le lit que tu quittes à peine.

Puis je dormirai toute ma vie sans toi.

50 Boulevard Voltaire

Pardonnez-nous si nous dormons encore.

Ce n’est pas notre faute. Nous ne savons pas pourquoi
nous nous sommes endormis. Un soir il a fallu
nous étendre. Cesser de remuer. Retenir
notre souffle. Être le moins possible.

C’était trop difficile pour nous.

On nous a perforé le soleil. Le souffle
s’est enfui loin de nos sourires.
Il est parti danser sans nous.

Ce n’est pas notre faute.

Nous aimerions le rappeler à nous.
Hélas la voix nous manque.

Pardonnez-nous.