Selfies – 2

Funny but true.

Je sais maintenant qu’un poète saura toujours faire jouir ce qui respire autour de lui. And as you know even the most unliving thing breathes a secret unworldliness. Jusqu’à l’éternel silence où tout ira s’épuiser et que caressera parfois quand même l’haleine inespérée d’un soubresaut.

Words words words.

Nevertheless.

Je sais aussi depuis longtemps qu’on ne peut désirer absolument que ce qui empêche d’étreindre l’absolu. The absolute is too sexy for you. Too sexy by far. J’avais sept ans quand je l’ai appris. En écoutant Thorn Birds. Les Oiseaux se cachent pour mourir. Look it up on Wikipedia. Tous mes désirs terrestres se sont depuis empreints du parfum d’ange des tresses de Meghann Cleary.

But

Between the emotion
And the response
Falls the Shadow
Life is very long.

Il m’aura donc fallu survivre à la longueur d’une vie qui mène à la jouissance. Remember when you were young. À chaque soir mes chairs d’adolescent s’agitaient sur leur matelas en sueur. Au rythme imaginaire des lettres d’amour que j’adressais à l’infini et en lesquelles je m’endormais tout abrillé de mots et de désirs. You shone like the sun. C’était il y a longtemps. You still prayed every night. Mais je n’avais encore jamais reçu qu’une seule et même réponse divine.

Let’s just be friends.

Selfies – 1

Je suis poète. You should know by now. Même s’il m’a fallu beaucoup de temps pour m’en rendre compte c’est le genre de truc qui finit toujours par avoir été vrai depuis le début. Somehow deep down you always knew you were the Absolute’s unwanted second son. Je me suis vraiment emparé de ma vocation il y a peu de temps seulement. Literally. Je l’ai cueillie dans un boisé près du collège où je travaille. A nameless flower. Une sorte de marguerite au fleuron presque rose. Blushing yellow. Je me suis mis à la déhabiller un pétale à la fois. She loves you. Un peu beaucoup énormément. She loves you not.

À chaque pétale que je détachais je pouvais sentir les arbres autour de moi frissonner un peu plus fort sous une brise de plus en plus tiède et ramollie. You felt the sky grow thick with sweat – j’allais de plus en plus vite – and heard the earth’s buried moaning. Après le dernier pétale j’ai arraché la tige.

A blissful scream ripped the whole world in two. Il ne restait plus qu’un minuscule bouton que mes doigts entendaient battre comme un coeur. Please don’t laugh.

C’était le clitoris du monde.

Histoire d’amour – 3

C’était avant le premier baiser. Nous nous tenions la main. C’est tout ce que nous savions faire envers l’hiver du monde.  Nous ne voulions pas nous perdre.  Nous étions presque rien. Même nos souffles étaient fantômes.

C’était avant que tu poses tes lèvres sur les miennes. Tu as laissé ma main. J’étais sans toi pour la première fois. J’étais plus seul que seul.

Tu as posé ta main sur mon visage. Alors je l’ai enfin senti. J’avais un visage.

Histoire d’amour – 2

Je ne sais pas combien de temps j’ai existé sans toi. J’étais invisible alors. J’étais seul et impalpable. J’étais l’âme qui respirait à vide sur un monde abandonné depuis longtemps. L’ombre de quelqu’un qui aurait dû naître. Mais qui n’a pas pu venir. Quelqu’un qu’on aurait appelé juste un peu trop tard avant la fin. En oubliant que je ne devais pas être séparé. Ça expliquerait tout. Comment mourir quand on ne vit pas encore? Comment? Enfin. Je ne sais pas combien de temps j’ai erré à caresser des vents stériles. À écouter le chant des ruines de ce qui avait vécu. De ce qui a peut-être aimé jusqu’au bout. Je me souviens seulement qu’un soir j’ai senti une main se poser sur la mienne. Une main invisible. C’était toi.